canton de vaud

Alcool

En 2018, environ 70% des Suisses et Suissesses de 15 ans avaient consommé de l’alcool au moins une fois dans leur vie. Si la consommation quotidienne est quasiment inexistante dans cette tranche d’âge, environ 25% des jeunes de 15 ans ont consommé plus de 5 boissons alcoolisées en une occasion au cours du dernier mois. Pour les adolescent·e·s, les risques les plus importants sont donc ceux que l’on appelle les « risques ponctuels » (accidents, coma éthylique, conduites sexuelles à risque, etc.).

En Suisse, pays producteur, l’alcool est lié à de nombreuses traditions, et a donc une importance sociale et économique. La vente est légale pour les personnes de plus de 16 ans pour les boissons fermentées (vin, bière, cidre) et de plus de 18 ans pour les boissons distillées (alcool fort, alcopops).

Questions fréquemment posées...

titre parents

A partir de quand parle-t-on de dépendance/addiction ?

La dépendance et l’addiction sont des diagnostics médicaux, généralement établis chez des adultes, et correspondent à une perte de contrôle sur la consommation : abandon progressif d’autres sources de plaisir et d’intérêt, poursuite de la consommation malgré des conséquences négatives, consommation inappropriée au contexte, etc.

A quel âge et comment parler d’alcool ?

Dès que votre enfant entre dans l’adolescence et commence à sortir, il est important de parler ouvertement des effets et des risques de la consommation d’alcool, de discuter ensemble des règles à respecter (par ex. ne jamais monter en voiture avec un conducteur alcoolisé), et de montrer le bon exemple. Le corps et le cerveau étant encore en développement jusqu’à l’âge de 25 ans environ, les risques sont d’autant plus présents.

Pourquoi les jeunes boivent-ils autant ?

Les adolescent·e·s et jeunes adultes boivent avant tout pour le plaisir (effets ressentis, moments de partage, etc.). Pour les parents, il s’agit donc d’encadrer les jeunes avec bienveillance en reconnaissant cette notion de plaisir tout en les informant sur les dangers et les outils d’anticipation et de réduction des risques.

titre jeunes

Comment faire baisser le taux d’alcool dans le sang ?

On ne peut pas ! Une fois qu’il est passé dans le sang, l’alcool est éliminé par le foie, et pour cela cet organe a besoin de temps. Seul le temps permet donc de faire redescendre l’alcoolémie. L’alcoolémie est une mesure objective, qui dépend de la quantité consommée, du sexe et de la corpulence. Les effets ressentis par la personne peuvent par contre varier en fonction de la tolérance (habitude, « tenir l’alcool »), de l’état physique et psychologique du moment (fatigue, stress, etc.), de l’eau et de la nourriture consommée.

Est-ce qu’il y a des risques si on boit juste pour faire la fête ?

Oui ! Lorsqu’on parle des risques liés à la consommation d’alcool, on distingue les risques à long terme (maladies, dépendance, etc.) des risques à court terme dits « risques ponctuels ». Les risques sont nombreux et surviennent dès le premier verre consommé (accidents de la route, conduites à risque, « blackout », violences, etc.). Un taux d’alcool dans le sang (alcoolémie) important peut conduire à une « intoxication aiguë », pouvant aller jusqu’au coma éthylique voire au décès.

Il est possible d’évaluer son alcoolémie via l’application Be my angel

L'alcool est-il une drogue?

L’alcool, tout comme d’autres substances qui peuvent provoquer une dépendance (tabac, médicaments, drogues illégales), est un produit psychoactif. L’alcool agit sur le cerveau en modifiant les perceptions et le comportement, et il altère les réflexes, la coordination et la prise de décision.